Confessions

Hôpital général de Grand Yoff : Mouhamed Sow (14 ans) décède suite à une erreur médicale

PARTAGES | J'AIMES |

Lu: 3002 fois
13 Janv., 2020 à 05h52
8 Commentaires | Tags: Deuces,jeune,homme,14ans,Boggy,Pere,Porte,plainte,

C’est un père meurtri qui a décidé de porter plainte contre l’hôpital général de Grand Yoff pour négligence médicale qui a entrainé la mort de son fils âgé seulement de 14 ans. Le patient, Mouhamed Sow, victime d’un accident de la circulation, à hauteur de Keur Yoff, sur la route de l’aéroport le vendredi  3 janvier dernier, à 11H 40, a été transféré à l’hôpital informe son père.  Mais sur place renseigne-t-il, le personnel médical a cafouillé. Il était divisé quant à l’idée de l’opérer ou alors de le traiter sans recourir à l’opération, informe t-il.
Toujours est-il que les ordonnances ont commencé à tomber. « Sur le coup, on m’a fait payer des ordonnances pour une valeur de 240 000 francs. Et je dois préciser que même pour passer mon fils au scanner, il n’y avait pas de personnel disponible, c’est nous-mêmes  (son cousin, son frère et moi-même) qui nous sommes chargés de le porter », explique le père dépité. Quand ils  ont commencé le traitement, ajoute-t-il, « je suis allé chercher de l’argent, laissant à mon épouse la somme de 500 000 francs au cas où.  Vers 15 heures, quand je suis revenu à l’hôpital, ils m’ont informé que mon fils était introduit au bloc pour subir une opération. Voilà donc qu’ils allaient opérer  mon fils sans mon consentement».
Inconsolable, El Hadj Ousmane Sow ne comprend toujours pas pourquoi  on  a opéré son fils sans lui demander son avis. Ce qu’il assimile à une faute professionnelle qui a coûté la vie à son fils qui était promu à un bel avenir aussi bien pour les études que pour le sport qu’il pratiquait, le football pour lequel son école de football Blondin Diop  venait de lui décerner le diplôme de meilleur joueur en catégorie Benjamin. Et El Hadji Ousmane Sow de regretter qu’en plus de l’erreur que le personnel médical  venait de commettre en procédant  à  l’opération de son fils sans son consentement, il lui a annoncé le décès de  son fils Mouhamed Sow, le lendemain samedi vers 9 H 30.
Malgré cette nouvelle situation, le personnel a trouvé l’occasion de le renvoyer à la caisse de l’hôpital où il devait encore payer la somme de 537 934 Frs comme l’atteste le reçu de paiement N°216120 du 04/01/  2020.  Et ce n’est pas tout car, pour le transport du corps de son fils, le corbillard de l’hôpital lui a réclamé 30 000 Frans, nous apprend notre interlocuteur El Hadj Ousmane Sow.
En résumé,  le père du défunt Mouhamed  Sow a déposé une plainte contre l’Hôpital Général de Grand Yoff  pour avoir opéré  son fils sans son avis en plus des importantes sommes d’argent qu’on lui a fait payer pour un résultat nul en définitive…

Recent posts

commentaires

live comment
  • Maadiou

    ces gens n'ont pas de cœur. j'espère seulement que la justice jouera son role.

  • Prudence

    toutes nos condoléances à monsieur sow.
    tout ce qu'il faut savoir c'est qu'il ya des trafiquants d'organes dans ce pays et particulièrement les organes d'un adolescent de 14ans. vérifie si ton fis n'a pas subi une autopsie, car ils peuvent le faire aussi sans ton consentement.

  • Oumar

    c'est hôpital est le plus dangereux du sénégal, ils sont coutumier de ces faits

  • Paco

    c'est triste mais faut aller au bout de la plainte c'est la volonté divine mais la faute le personnel médical au sénégal c'est des je m'en foutisme sur le sort des malades, il faut qu'il y ait des sanctions pour qu'ils respectent les malades et les traite comme il faut. l'erreur médicale doit être sanctionnée, vous avez choisi ce métier , donnez y votre coeur à 100 pour cent.

  • Popo

    il faut aller jusqu'au bout de cette plainte

  • Citoyen

    a part l'autorisation d'operer que vous n'avez pas signé...sa mere etaiet sur place, qu est ce que vous leur reprocher ? que faisez votre fils sur la voie publique à un niveau ou un gosse de 14 ans ne doit pas etre ?

  • Papseck

    compatissons à la douleur de cette famille. que dieu accueille le défunt au paradis, amiin. sans être dur avec les medecins, j'estime que les cas d'erreur médicale, malheureusement pour la plupart suivis de mort, commencent à faire beaucoup et le pire dans tout cela, il n'y a pratiquement pas de suite ni judiciaire ni administrative. m. sow, afin que cela cesse définitivement, je vous encourage vivement dans la voie que vous avez choisie. car il s'agit tout simplement d'établir la vérité sur ce qui vient de se passer et situer, si tant est, les responsabilités.